X

Placement écologique : le groupement forestier

Une manière d’investir son argent en France, tout en contribuant à l’écologie de la planète, est de le placer dans un groupement forestier. En effet, le bois ayant de plus en plus la faveur des tenants d’une économie verte et éthique, l’acquisition et la gestion de forêts font l’objet d’un intérêt grandissant auprès de sociétés civiles connues sous le nom de groupements forestiers. Le revenu de ces groupements provient essentiellement de la coupe du bois et des loyers de chasse.

Créé par un texte législatif des années 50, le but de ces groupements forestiers est principalement de conserver les forêts qui sont dans l’indivision, permettre de reboiser les petites propriétés rurales et, éventuellement, de les grouper dans des domaines plus grands. C’est pourquoi ces sociétés ont bénéficié d’importants avantages fiscaux consistant en des réductions d’impôts (IR, ISF) et d’abattements sur les taxes en cas de succession.

L’investisseur intéressé a donc la possibilité d’acheter des parts d’un groupement forestier et devenir, de ce fait, un associé de ce groupement, ayant droit de chapitre dans la prise de décisions lors des assemblées générales annuelles. Avec un rendement annuel d’environ 3%, ce genre de placement, très avantageux sur le plan fiscal, concernera beaucoup plus l’investisseur tablant sur le long terme, voulant diversifier son patrimoine et/ou prévoyant de le transmettre.

Comme l’acquisition directe de bois et forêts est relativement coûteuse, l’achat de parts d’un groupement forestier est l’alternative idoine pour les investisseurs dont la capacité est plus modeste, mais qui pourront ainsi posséder indirectement des massifs forestiers. Il est à noter, cependant, que le porteur de parts du groupement forestier n’est nullement concerné par les charges du groupement (acquisition de massifs, travaux d’entretien, finances, etc.), lesquelles relèvent de l’administration d’une société de gestion.

Enfin, il est utile de rappeler qu’en plus de tous les avantages cités plus haut, investir dans un groupement forestier n’est pas particulièrement lié aux fluctuations des marchés financiers. En outre, il va dans le sens du développement de la filière forêt-bois en France, ce qui aura pour effet de diminuer les volumes d’importations et probablement augmenter la part des bois transformés en vue de l’exportation.

Serge Baillargeon: Véritable passionné d’économie et de solidarité, j’ai créé le site EconomieSolidaire.com, il y a plus de 5 ans. Aujourd’hui, je continue toujours à publier des articles de temps en temps pour continuer de brasser les idées reçues.

View Comments (1)

Related Post