Romans

Sélection de romans un peu alternatifs. Idéal pour se détendre tout en se forgeant un peu la conscience.

La Conjuration des imbéciles

« Écrit au début des années soixante par un jeune inconnu qui devait se suicider en 1969, à l’âge de trente-deux ans, parce qu’il se croyait un écrivain raté, La Conjuration des imbéciles n’a été éditée qu’en 1980. Le plus drôle dans cette histoire, pour peu qu’on goûte l’humour noir, c’est qu’aussitôt publié, le roman a connu un immense succès outre-Atlantique et s’est vu couronné en 1981 par le prestigieux prix Pulitzer. Une façon pour les Américains de démentir à retardement le pied de nez posthume que leur adressait l’écrivain, plaçant en exergue à son livre cette citation de Swift: « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. » » – Bernard...





Le Saux, Le Matin

La Vie trop brève d’Ewin Mullhouse

La Vie trop brève d’Edwin Mullhouse, écrivain américain, 1943-1954, racontée par Jeffrey Cartwright : étrange titre pour un premier roman non moins étrange, écrit par un jeune Américain de vingt-neuf ans alors inconnu. Dès sa parution en 1975, cet ouvrage inclassable recevait le prestigieux prix Médicis étranger et révélait Steven Millhauser comme l’un des auteurs les plus singuliers de sa génération. Aujourd’hui devenu un livre-culte, ce récit, par un biographe de onze ans, de la vie d’un enfant prodige mort en laissant une oeuvre méconnue, fait figure de référence. Tout l’art et la particularité de Steven Millhauser, qui s’exprimeront au fil des romans et recueils de nouvelles à venir, s’affirment dans cette subtile parodie de la biographie en tant que genre, ce portrait d’un enfant en artiste génial. Véritable tour de force littéraire autant qu’intellectuel – où l’on retrouve l’influence des maîtres de la littérature : Franz Kafka, Thomas Mann ou Vladimir Nabokov – cet éblouissant roman, que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier de chef-d’oeuvre, continue aujourd’hui d’exercer une indéniable fascination.

Le portrait de Dorian Gray

Le héros de l’unique roman d’Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu’au drame final. Dans ce chef-d’oeuvre de l’art fin de siècle (1890), l’auteur a enfermé une parabole des relations entre l’art et la vie, entre l’art et la morale, entre le Bien et le Mal. Les apparences du conte fantastique, et du roman d’aventures, où le crime même ne manque pas, fascinent le lecteur ébloui par les dialogues étincelants de l’auteur de théâtre, les paradoxes de l’esthète, la phrase du poète. La tragédie vécue par l’écrivain, le bagne, le déshonneur, la mort prématurée laissent ainsi, lisse et pur, son roman unique.

1984

L’origine de 1984 est connue : militant de gauche violemment opposé à la dictature soviétique, George Orwell s’est inspiré de Staline pour en faire son « Big Brother », figure du dictateur absolu et du fonctionnement de l’URSS des années trente pour dépeindre la société totalitaire ultime. Mais Orwell n’oublie pas de souligner que les super-puissances adverses sont elles aussi des dictatures… Ce qui fait la force du roman, outre son thème, c’est la richesse des personnages, qu’il s’agisse du couple qui se forme, malgré la morale étroite du Parti, ou même du policier en chef qui traque les déviants, ex-opposant lui-même, passé dans les rangs du pouvoir… C’est aussi cette « novlangue », affadie et trompeuse, destinée aux « proles », et ces formules de propagande (« L’ignorance, c’est la force ») scandées par des foules fanatisées et manipulées. 1984 est un livre-phare, apologie de la liberté d’expression contre toutes les dérives, y compris celles des sociétés démocratiques. –Stéphane Nicot

L’Herbe du diable et la petite fumée

Arizona, 1961, rencontre d’un étudiant en anthropologie de l’université de Californie à Los Angeles, Carlos Castaneda et d’un Indien Yaqui de la province de Sonora, nommé Don Juan. Homme réel ? Présence d’un pouvoir ? Sorcier réincarné ? Inventeur d’un prodigieux roman imaginaire ? On sait seulement de lui qu’il est un homme de connaissance. Parti de la fascination du peyotl dont il croyait tout savoir, Castaneda, accepté comme élève par Don Juan, va apprendre comment s’apprivoise la racine Datura Inoxia : l’herbe du diable, quand on oublie qu’on est un homme pour devenir un chien de lumière errant au Mexique.