Energie nucleaire

Puis celle qui fait parler d’elle depuis de nombreuses années déjà, est l’énergie nucléaire. Elle provient de transformations atomiques qui émettent de l’énergie.

Deux procédés sont actuellement connus pour dégager de l’énergie nucléaire : la fission et la fusion.

Centrale nucleaire

La fission nucléaire
La fission est un procédé découvert pour la première fois en 1938 par trois physiciens du Kaiser-Wilhelm-Institut für Chemie de Berlin à savoir Otto Hahn, Lise...





Meitner et Fritz Strassman. Il consiste à briser un noyau d’un atome lourd (Uranium 235 et Plutonium 239) en plusieurs nucléides plus légers. Ce phénomène libère de l’énergie qui peut être ainsi récupérée. Il fut notamment utilisé pour la conception de la Bombe A.

La fusion nucléaire
Au contraire la fusion nucléaire (dites parfois thermonucléaire car ce principe est à la base de la lumière et de la chaleur des étoiles) est un processus où deux noyaux atomiques s’assemblent pour former un noyau plus lourd. La fusion de noyaux légers dégage d’énormes quantités d’énergie provenant de l’attraction entre les nucléons due à l’interaction forte. L’intérêt de la fusion nucléaire est qu’elle pourrait potentiellement produire beaucoup plus d’énergie, à masse de combustible égale, que la fission. De plus, les océans contiennent naturellement suffisamment de deutérium pour permettre d’alimenter en énergie la planète pendant des millénaires, et les produits de la réaction de fusion (principalement de l’hélium 4) ne sont pas radioactifs.

En dépit des nombreux travaux de recherche réalisés dans le monde entier depuis 50 ans, aucune application effective de la fusion à la production d’énergie n’a encore vu le jour, en dehors du domaine militaire avec la bombe H.

Ces deux réactions n’émettent pas de gaz à effet de serre mais la fission, utilisé dans les centrales nucléaires, en plus d’être à l’origine de l’augmentation de la température des cours d’eau utilisés pour le refroidissement du cœur nucléaire, produit des déchets ultimes radioactifs, dangereux pour la santé et la vie humaine, qui doivent être stockés dans des lieux clos et isolés. Ils sont généralement entreposés à plusieurs mètres sous terre dans des lieux aménagés.

Enfin les éléments atomiques comme l’hydrogène pourraient être une réponse au remplacement des énergies fossiles. Mais pour cela, la recherche doit d’abord développer des moyens de production qui permettrait d’offrir des quantités suffisantes pour son utilisation.

Parrallèlement, je vous invite à lire l’article intitulé Que faire du nucléaire? afin de poursuivre votre réflexion.

Retourner aux Energie durables